Storyboard et démarche artistique

Je dois vous confesser une chose: depuis que je fais de la vidéo sur internet avec mes projets personnels, j’ai rarement choisi de penser ma mise en scène avec un storyboard papier.

J’ai essayé à de nombreuses reprises de m’y mettre, mais force de constater que placer une caméra dans le viewport d’une scène en 3D me semblait plus simple que que sortir un crayon pour faire de la mise en scène.

J’étais dans une dynamique d’apprentissage des outils de la 3D. Du coup, j’ai préféré me consacrer à la mise en scène virtuelle, malgré le fait que j’ai quand même travaillé sur de la sculpture en argile ou du croquis préparatoire.

Mais il y a quelques mois, j’ai décidé de tenter le pari un peu fou de faire un court d’animation en stop motion.

Ça faisait alors longtemps que j’avais arrêté de toucher à la 3D, et à la création du numérique en général. J’étais dégouté et épuisé par de récentes expériences, et à vrai dire, je ne sais toujours pas si je vais avoir l’opportunité de réaliser mes rêves multimédias.

Mon envie de retoucher à l’animation n’est pas venue directement du visionnage de dessins animés, mais du visionnage d’un clip. Ce film, plein de passion, était accompagné de storyboard papiers.

En regardant ce film, j’ai compris quelque chose qui me trottait dans la tête depuis un certains temps. Et plus encore depuis cette dernière année où se sont succédés drames, expériences difficiles et rencontres formidables.

Le plus important pour moi dans la réalisation audiovisuelle n’est plus seulement le produit fini.
Le plus important pour moi dans la réalisation personnelle n’a encore jamais été le retour sur investissement.
Le plus important pour moi dans la création ne doit pas être comment l’altérer pour la vendre.

Le plus important doit être la démarche.

Parce que si mon film n’est pas génial, si ma technique n’est pas impeccable, si mon nanar ne se vend pas, qu’en reste-t’il.

Les années à venir seront très certainement riches en innovation centenaires, et en révolutions has been. L’Intelligence Artificielle sera bien meilleure animatrice 3D que moi. Quelqu’un à l’autre bout du monde sera sûrement plus productif que moi. L’algorithme n’aura sûrement pas beaucoup de temps à me consacrer.

Et finalement, j’ai envie de faire en sorte que si mon oeuvre existe, elle soit l’aboutissement d’un cheminement.

Je veux que ma reflexion se reflète à la fois dans le produit fini, mais aussi dans mon état d’esprit.

Le storyboard reflète pour moi quelque chose de plus important que le film lui même.

Il est à lui seul la preuve que certaines histoires méritent plus que Chat GPT. Et à l’avenir, il sera la preuve que la main humaine de pourra jamais être remplacée: rater un trait est impossible pour un robot.

Et si j’ai envie d’aller vite sur un projet, ce seront mes compétences qui me permettront de gagner du temps. Et mon expérience se ressentira à cet instant.

Si j’ai envie de prendre mon temps, ce seront mes compétences me permettront d’avancer dans de nouvelles expériences. Et ma maîtrise se ressentira à cet instant.

Et du coup, j’ai juste envie de créer.

Moralité: foutez moi la paix, je dessine !

En 2046, Disney, je l’aurais assurément rêvé !

En 2020, j’ai publié un article sur mon blog intitulé « En 2046, Disney, je l’aurais assurément racheté » dans lequel je publiais un travail écrit dans le cadre de mes cours d’Expression-Communication à l’IUT. J’étais très fier de présenter ce travail ! Aujourd’hui, je m’apprête à effectuer un exercice peu commun, à savoir commenter mon travail de l’époque.

J’ai envie d’y ajouter quelques compléments, mais aussi quelques corrections.

Bonne lecture !

L’article originale est écrit en bleu, mes ajouts sont écrits en noir !


Aujourd’hui, je vous présente le travail que j’ai réalisé dans le cadre d’un contrôle d’Expression-Communication.
Il s’agissait d’un exercice dans lequel nous devions mettre à l’épreuve notre savoir sur l’Historique de la Communication Verbale. Nous devions traiter de l’article “Pixar, Marvel, bientôt Disney+… Disney, un empire tout-puissant et sans limites ? rédigé par Laurent Rigoulet.

Je vous souhaite une excellente lecture !

Ici, j’omet d’informer le lecteur que l’exercice donné par notre professeur incluait un document complémentaire: un message d’un compte Twitter appelé Bored Panda qui prédisait que Disney allait racheter le monde sur un ton ironique. C’est pourquoi je ferais référence à « Bored Panda » par la suite.

L’idée commune exprimée au travers des expressions “usines à divertissement”, “industrie du divertissement”, “industrie du spectacle” est celle de la communication de masse.
Apparue dans les années 1920, l’expression “mass média” décrit le phénomène d’industrialisation des médias populaires: l’offre précède la demande. Dans le cadre des loisirs, les objets de consommations sont fabriqués en série. Ils voient en conséquence leurs prix baisser.
De ce fait, on assiste à une déferlante de produits calibrés, aseptisés et conçus pour plaire au grand public. On retrouve cette volonté d’abondance dans le terme “usine à divertissement”. L’œuvre devient produit, et le titre devient une marque: les rachats des différents labels par The Walt Disney Company vont dans ce sens.

Cette partie est très juste, car elle commente un phénomène qui s’est accéléré depuis la parution de cet article en 2020. Entre le rachat de l’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard par Microsoft en janvier 2022 pour 68.7 milliard de dollars, la fusion-acquisition de WarnerMedia et Discovery pour former le consorsium Warner Bros Discovery en avril 2022, les différents rachats du groupe Embracer avec Asmodee en 2021 et la division nord-américaine de Square Enix (devenue Studio Onoma), le rachat de Zynga par Take-Two en début 2022, la concentration se fait de plus en plus forte. On assiste à des vagues de rachats permettant d’entrer dans une dynamique de contenu. Les studios deviennent des « content factory » (usines à contenus) et produisent des oeuvres de divertissement à la chaîne pour nourrir les plateformes de distribution à la demande et donc le consommateur.

On note également la vision globale, la vision d’ensemble de la société qui bâtit ses marques dans différents produits: les parcs à thèmes, les films, les séries et produits dérivés font de ses personnages des incontournables de la culture populaire et donc de l’imaginaire collectif. Ce processus a pour ambition de s’adresser au plus grand nombre, car comme le disait Karl Marx “les loisirs remplacent la religion comme ‘opium du peuple’”. Cet opium est la vocation de Disney.

Si Disney est effectivement un géant du divertissement, il est aussi le premier groupe de divertissement indépendant qui n’est pas associé à un industriel. On peut également introduire la notion de Keiretsu et de Chaebol: des empires rassemblant plusieurs entreprises dans des domaines variés. Et même si ces termes sont employés autrement dans le monde, l’idée derrière la concentration des entreprises n’est pas nouvelle. Aujourd’hui, je pense que Disney n’a pas forcément quitté la dynamique qui était sienne à ses débuts, bien que sa stratégie orientée contenus la différencie de Sony.

A noter que des entreprises autrefois associés à d’autres activités se sont scindées pour marquer la séparation entre les activités de médias et les autres: WarnerMedia s’est séparé d’AT&T en mai 2021, webedia s’est séparé de ses activités technologies et marketing en créant la compagnie spin-off Jellyfish, la séparation en 2013 de la 21th Century Fox (rachetée par The Walt Disney Company en 2019) de News Corporation (entreprise de presse), puis la séparation des actifs cinéma de la Fox Corporation suite au rachat de Disney de 2019.

La volonté de créer des synergies entre les différents corps de métiers est finalement un élément de différentiation clé de la Walt Disney Company depuis un centenaire, mais je pense qu’ici, je souhaitais souligner le coeur de ce dispositif n’est pas le système en lui même, mais ses franchises. Et ce sont les franchises qui ne sont pas éternelles, et qui nécessitent d’être remplacées et/ou d’évoluer au cours du temps.

La liberté d’expression est également menacée: la censure effectuée par la multinationale sur ses propres programmes même si “aucune autorité ne lui en fait la demande” démontre la volonté de ne “heurter personne” qui aseptise ses productions. Dans la théorie de l’Agenda, Mr Combs et Dr Shaw explicitent que les médias ne disent pas aux gens ce qu’ils doivent penser, mais à quoi ils doivent penser. Disney focalise donc l’attention du spectateur sur un monde plus “divertissant” que le notre.

J’ajoute ici la notion d’infotainment qui entremêle l’information et l’actualité à du divertissement et qui est devenue incontournable dans le paysage médiatique internationale.

Dès lors qu’on limite ses propos, un œuvre perd de sa matière, de son sens, mais également son message. Le contrôle des productions Disney va dans ce sens.

Je pense que cette dernière phrase est incorrecte. Car ici j’associe deux visions du terme artiste qui sont complémentaires: artiste au sens artistique, et artiste au sens artisanale (je parle ici de la dimension industrielle de l’art bien que le terme artisanat ne reflète pas son côté massif et à grande échelle).

Ces deux visions sont différentes, car quand je parlais à l’époque de « l’artiste », je donnais à l’époque la vision d’une personne qui donnait forme à une oeuvre de l’esprit. Une oeuvre dont l’unique but est de partager une vision à un autre. Mais le terme « art » est ambiguë car il confond l’intimité d’une oeuvre à la perception industriel de sa distribution. Dès lors, on créé une oeuvre en espérant un retour sur investissement. Mais pour s’assurer un retour sur investissement, on limite les risques en imitant les formules ayant déjà faites leurs preuves.

De plus, selon Brett Heinz, “une société comme Disney a le pouvoir […] d’influencer la politique et le gouvernement” comme le montre le ‘décret Mickey Mouse’ avec lequel ils ont obtenu une extension de vingt ans des droits d’auteurs.
On peut donc en conclure que la liberté d’expression est menacée par le monopole de Disney.

La liberté d’expression de Mickey est peut-être menacée. Mais est-ce que celle des Looney Tunes l’est moins ?


Tout d’abord, l’internaute voit Hollywood comme une “zone de guerre”, car c’est à Hollywood que se fabriquent aujourd’hui les blockbuster qui font des milliards de recettes. Mais cette industrie Hollywoodienne s’applique également a présenter une certaine vision du monde: le rêve Américain en fait partie (Walt Disney lui même étant une figure du cette vision).
Puis, l’internaute évoque les “fermes Disney” qui élèvent une nouvelle génération. Ces fermes à contenus qui délivrent sans cesse de nouveaux produits dédiés au divertissement de masse. Et cette nouvelle génération condamnée à consommer, vivre et penser Disney.

Cette industrie est aujourd’hui partagée par de grands conglomérats tels que ComCast (qui voulait également racheter la 21st Century Fox) et Disney. Et tous convoitent cet influence.

Oui ! Et cette influence résulte d’une force inhérente aux cultures populaires qui façonne notre imaginaire collectif. Mais c’est aussi ce qui ferme le champs des possibles aux grands groupes qui misent plus facilement sur des visages et des noms qui ne sont plus en phase avec la culture contemporaine. Et qui sont condamnés à racheter des franchises neuves.

Mais plus encore, selon Bored Panda, “Disney [rachètera] les Etats Unis D’Amérique, et [créera] les Etats Unis de Disney…”. Ces mots sont plein de sens: ils reflètent la capacité financière et politique de Disney. Sa large influence sur les Etats Unis et sur le monde est l’image de son appétit vorace capable de racheter à prix d’or des franchises lucratives. Car ce sont ses licences qui font prospérer son influence.

Finalement Bored Panda présente ici une vision pessimiste de notre futur. Un futur dans lequel Disney serait omniscient, car il irait au delà du divertissement pour contrôler notre mode de vie et notre manière de penser.
On peut donc dire que cet internaute envisage un avenir dystopique.

J’ajouterai que cette vision est réaliste. Mais elle ne prend pas en compte tous les paramètres: les nouveaux entrants arrivent en masse et avec des investissements beaucoup plus importants en tête. Mais je ne sais pas s’il existera un jour quelqu’un qui fera trembler Disney.


Je ne suis pas d’accord avec Bored Panda sur sa vision de “l’empire Disney”.

Le divertissement est pluriel

Tout d’abord, je crois que de nombreuses compagnies du divertissement feront encore et toujours subsister la pluralité des points de vus sur le monde. Quelque soit leur taille, il existe une pléiade de compagnie qui dédient leur existence à l’art: leurs œuvres sont engagées et donc engageantes et ne sont pas penser pour plaire à tout le monde. De nombreux studios d’animations viennent contredire et géants Disney et Pixar, comme de nombreux cinéastes se consacrent à des films uniques et qui changent notre manière d’entrevoir le cinéma.

Ce paragraphe est étrange, car il est optimiste tout en étant en opposition totale avec le paragraphe suivant !

Le divertissement est pluriel, oui. Mais qui le finance ?

D’autres ont essayé

Ensuite, je pense que Disney n’est qu’une infime partie de ce vaste univers qu’est le divertissement. De nombreuses compagnies du divertissement de masse telles que EuropaCorp -conglomérat créé par Luc Besson suite à ses succès en salles- ont également compris la recette pour mettre au monde des blockbusters. Mais contrairement à Disney, EuropaCorp n’a pas accompli le rêve de son créateur qui était de construire un géant du cinéma. Aujourd’hui, le colosse de Luc Besson chute a perdu de sa grandeur. Est-ce là peut-être un avant goût de ce qui attend The Walt Disney Company.

EuropaCorp n’est pas le meilleur exemple, mais il est néanmoins symptomatique de l’ambition démesurée de nombreuses compagnies qui entament une stratégie de diversification/internationalisation suite à un succès commercial. J’y reviens dans le paragraphe ci dessous.

Mais qui détrônera Disney ?

Enfin, Bored Panda contredit mon objectif, car mon rêve est d’aller concurrencer Disney. On ne compte plus le nombre d’articles qui présentent une jeune start-up qui veut à elle seule concurrencer l’ogre Disney. Ankama, Rovio, Melty, Webedia… Ces noms ne vous disent surement rien. Ces quelques entreprises ont tenté ou tentent actuellement, de plusieurs manière, de se confronter à Disney. Sans succès. Pour moi, ces entreprises sont l’image même du succès de Disney. Se réinventer, repenser sa stratégie et développer ses franchises sont un point important certes. Mais très peu des ‘nouveaux Disney’ ont su faire la différence. Quand Georges Lucas a revendu ses entreprises à Disney, il a également revendu son rêve de faire face à Hollywood et à son monopole dément.

Et j’ajoute à cela que certaines des entreprises que je cite sont depuis revenues à leurs coeurs de métiers suite à des difficultés dans leurs stratégies d’internationalisation et de diversification.

Ces échecs me confortent dans l’idée que cette recette n’est pas une formule viable, du moins sur le long terme. Car à son échelle, Disney à soif de nouvelles marques déposées. Mais les consommateurs ne seront pas dupés longtemps face à la nouveauté des autres usines à contenu.

Une question supplémentaire se pose aujourd’hui: que se passera t-il quand les usines à contenu n’auront plus besoin d’humains pour produire du contenu ? Et comment pourra t-on prouver qu’un contenu est écrit par de la matière grise ? Je n’ai pas la réponse à cette question, mais dans un monde fait d’imperfections, une part de moi se dit que la seule manière de se différentier de la masse sera bientôt de faire des fautes d’orthographe !

Disney est doué d’un trésor de Guerre, certes, mais son inertie le perdra.

Je n’en suis pas la certitude, mais je pense que Disney à très certainement plus de chance d’exister dans un siècle que de très nombreux « Nouveaux Disney ».

Je ne suis pas d’accord avec Bored Panda. Car en 2046, Disney, je l’aurais assurément racheté !

Cette phrase m’avait beaucoup amusé quand je l’avais écrite il y a deux ans. Aujourd’hui, je la regarde avec beaucoup de tendresse car elle est l’état d’esprit d’une génération.

Je fais partie d’une génération étrange qui a vu la naissance de la télé-réalité, l’explosion des influenceurs et l’émergence des films sur les entrepreneurs.

Je pense que nous sommes dans une époque ou les investissements dans les industries du divertissement ont explosé parce que jamais il n’a paru aussi opportun de s’attaquer à The Walt Disney Company.

Je ne suis pas d’accord avec William Clément. Car en 2046, Disney, je l’aurais assurément rêvé !

Quelle histoire raconter ?

Dans la vie, il y a parfois des moments ou on a besoin d’évasion. Pour certains, cette nécessité se traduit par une volonté de voyage. Pour d’autres, il s’agit de s’immerger dans une oeuvre, de lire, de voir, d’écouter, de jouer. Dans tous les cas, il s’agit de mettre tout ses sens en éveil pour se propulser dans un lieu exotique.

Ma manière à moi, c’est d’écrire, de raconter des histoires. Mais ayant été élevé dans une société où l’image est désormais plus présente que les mots, j’ajoute à mes textes des dessins, des créations visuelles, très souvent, du code. 

Ces derniers temps, j’ai ressenti la volonté de m’évader. De prendre de la hauteur et d’imaginer à quoi peut ressembler l’ailleurs qui me passionne.

Ces dernières années ont été riches en rêves: j’ai essayer d’imaginer à chaque fois des projets personnels qui me sont forts de sens. Des projets qui visent à mieux comprendre et à mieux me comprendre.

Depuis près de sept ans maintenant, je développe, en plus de ma web série UNAI, deux projets qui me semble carrément passionnant et qui me donne l’envie de créer.

Le premier est un univers de science fiction que j’ai commencé à développer autour d’un scénario (date d’il y a 9 ans). Le coeur de ce projet est la vidéo, puisque le scénario que j’ai développé est pensé comme un script de film. Il est axé sur des personnages forts, et sur une mise en scène iconique. L’écriture derrière ce projet est très personnelle, puisqu’elle reflète ma vision de nombreuses thématiques. Avec un univers monochrome et sombre, animé par des airs de jazz atypiques.

Le second est un univers de fantasy. Le projet est beaucoup plus jeune que le premier (il date d’au moins quatre ans), mais n’en demeure pas moins développé. Ce projet est un conte onirique et coloré. Il raconte l’histoire de personnages faibles qui deviennent forts, ensembles. C’est donc une sorte de romance mêlée d’amitié, de trahisons et de combats.  Ce projet là, pour le coup est différent, puisqu’il est pensé d’abord comme un univers avec quelque chose de plus chalereux.

Alors vous pouvez peut-être vous dire que tout cela fait beaucoup de travail, avec énormément de dessins, de codes, de graphismes…. Mais c’est oublié que je suis le gars qui a réussi à créer une web série en CGI en parallèle de ses études en autodidacte.

Aujourd’hui, la question que je me pose est la suivante: quelle histoire raconter.

Il y a quelques temps, j’ai eu une discussion avec quelqu’un qui m’est proche. Cette personne me posait la question que je me pose aujourd’hui. Après qu’elle m’ai expliqué ses idées (qui sont soit dit en passant géniales et audacieuses), je n’avais alors pas su répondre à la question.

Aujourd’hui, je me retrouve dans son cas.

Je vous épargnerais les tenants et aboutissants de ma réflexion, mais il y a malgré tout une notion qui m’interpelle: l’auteur. A quel point j’ai envie que l’histoire me soit personnelle ? 

On arrive à la finalité de mon cheminement de pensé: aujourd’hui, je suis à un moment de ma vie ou j’ai quelque chose de spécifique à raconter, une humeur et un ressentiment à partager. Et j’ai envie de justifier mon choix par sa proximité avec ma vision actuelle.

Les histoires que j’écris ne sont peut-être pas des oeuvres qui changeront à jamais le monde ou qui chambouleront celles et ceux qui y pénètre. 

Mais elle me changeront, moi. Et c’est peut-être ça, être un conteur d’histoire.