Rencontre avec Alexandre MALSCH

Suite au récent lancement de fulllife, je partage mon enquête métier sur ce blog. Cet article a initialement été publié sur mon blog personnel dans le cadre d’une enquête métier. Vous pouvez découvrir mon travail sur mon portfolio professionnel. Bonne lecture !

Ça y est, il est 18 heures, le moment que j’ai tant attendu est enfin arrivé ! Je m’apprête à rencontrer Alexandre MALSCH, le fondateur de meltygroup, mais aussi ancien Directeur Marketing digital des marques QuikSilver et ROXY chez BoardRiders. Aujourd’hui, il est PDG de fulllife, une start-up qui s’apprête à habiller des millions de Gamers. Pourtant un truc me chiffonne… Je suis à moins de cinq minutes du début de mon entretien avec l’une des figures de la Frenchtech, et une chose semble me contrarier.


Il y a de cela deux jours, notre professeur d’Expression-Communication nous a annoncé que notre prochain travail porterait sur une enquête métier. Celui-ci se constituera d’une part de la préparation d’une demande de rendez-vous ainsi que de la préparation en amont de l’entretien avec un professionnel. D’autre part, ce rendez-vous donnera lieu à un compte rendu dans lequel nous devrons rédiger sous la forme d’un texte narratif ou argumentatif notre rencontre avec le professionnel. Du coup, prenant mon courage à deux mains, dans un mouvement frénétique, je tapote mon message :

Monsieur MALSCH,

je me permets de vous contacter aujourd’hui dans le cadre de mon cours d’Expression-Communication. En effet, actuellement en cursus Informatique à l’IUT de Fontainebleau, je souhaiterais, comme vous, entreprendre dans le secteur de l’informatique et des nouvelles technologies, et plus particulièrement dans le milieu du jeu-vidéo. Votre parcours que vous racontez dans votre livre “Il était une fois Melty…” m’inspire et c’est pourquoi je souhaiterais en savoir plus sur votre métier, sur votre cursus. Mon objectif est d’entreprendre, et toutes mes passions convergent vers ce but. Mes recherches et mes lectures confirment mon envie d’entreprendre, mais j’aimerais aujourd’hui m’entretenir avec un entrepreneur afin d’avoir un témoignage.

Seriez-vous disposé à m’accorder un rendez-vous de 20 minutes au cours duquel vous évoqueriez le métier que vous exercez ?

Dans l’espoir d’une réponse de votre part, je vous souhaite le meilleur pour votre entreprise Fulllife.

Sans trop y croire, j’appuie sur la touche entrée. Le soir même, mon téléphone sonne.

avec plaisir. Mercredi à 18H par exemple ?

Alexandre MALSCH vient d’accepter mon invitation.


Je sais maintenant ce qui me contrarie. Je suis à cinq minutes de mon entretien mais un problème se pose : comment démarrer l’interview? Peut-être en le remerciant pour m’avoir inspiré à entreprendre? Peut-être en lui disant que sa vision et ses créations m’ont apporté un réconfort à un moment difficile de ma vie? Ou tout simplement en le remerciant de m’accorder de son précieux temps ?

Une idée vient à moi : étant un peu stressé, j’écris sur mon brouillon des questions qui viseront à détendre l’atmosphère, mais aussi et surtout à ME détendre: Playstation ou Xbox ? Ton attraction préférée à Disneyland? Ton livre préféré? Après tout, ce n’est pas le genre de question auquel il est habitué à répondre en interview…

A peine ai-je le temps de finir d’écrire que mon écran se noirci. Puis, un visage apparait. J’y découvre Alexandre MALSCH. En arrière plan, j’aperçois des bureaux luxueux, un sapin de Noël et quelques membres de l’équipe fulllife. L’environnement y est clair, les bureaux minimalistes. Ça semble être l’endroit parfait où travailler.

Puis, mon regard se porte vers Alexandre MALSCH. A cet instant, j’ai l’impression d’être sur un plateau de BFM Business.

J’entame mon discours de présentation. Il a le regard vif, le visage sérieux.

“C’est un honneur de vous rencontrer Monsieur !”

Je veux lui dire à quel point sa carrière est inspirante. A quel point “Il était une fois melty” a changé ma perception des médias. A quel point je suis jaloux de sa carrière et que l’un de mes rêves est d’entreprendre. Mais je ne dirais rien de tout cela.

Hésitant, je lui lance ma première question:

“Xbox ou Playstation ?”

Il me répond Xbox. Cela me déconcerte : je m’attendais à ce qu’il me réponde avec un sourire en coin “PC !”. Alors je continue:

“Ton attraction et ton parc d’attractions préférés ?”

Il me répond sur un ton sérieux que son parc d’attractions favoris est DisneyWorld, et que son attraction préférée est Star Tours. J’hésite alors à lui demander s’il préfère la première version ou l’Aventure Continue, mais je me souviens que nous sommes dans le cadre de mes cours de l’IUT ! J’enchaîne avec la question suivante:

“Quel est ton livre favori ?”

Il me répond que son bouquin favoris est “Ils ont réussi leur start-up !: La success-story de Kelkoo”. Celui-ci raconte l’histoire de l’ascension fulgurante de la start-up Kelkoo dans les années 2000, et l’aventure de son cofondateur Pierre CHAPPAZ (l’un des mentors d’Alexandre) . Il me précise que le livre a été écrit par Julien CORDONIOU, vice-président de Workplace by Facebook.

Sentant que le stress est retombé, et me sentant à l’aise dans la conversation, j’entame les questions plus professionnelles.

“Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’entreprendre ? Quel a été le déclic ?”

L’un des points soulevés par Alexandre, que ce soit lors de notre rencontre comme dans les interviews qu’il mène, c’est l’importance du projet. L’entreprise n’est qu’un outil visant à se donner les moyens pour l’accomplissement du projet. Que ce soit les levées de fonds ou les rachats, chaque étape de l’entreprise vise à construire un produit de qualité.

fulllife est une marque de vêtement pour gamers, certes, mais pas seulement, car dans la tête de son fondateur, c’est avant tout une expérience. La clef pour comprendre son ambition est la notion de gamification.

La gamification vient du mot anglais “game”, qui signifie “jeu”. Elle désigne l’apport de mécaniques de jeux dans un domaine. Par exemple, on parle de gamification pour rendre un processus plus interactif, et donc plus engageant.

L’objectif de la compagnie est donc d’apporter au processus d’achat une nouvelle dimension, plus divertissante et surtout plus immersive. D’une part en faisant de chaque consommateur un joueur, avec son propre niveau et sa propre identité virtuelle, et d’autre part, en faisant du visiteur un membre à part entière de la communauté fulllife. Chaque navigation devient une expérience à part entière. On peut y trouver des capsules (sortes de trésors pouvant être des points bonus ou des vêtements exclusifs), mais aussi faire des quêtes, battre des boss… Parce que l’objectif premier de fulllife n’est pas de vendre des produits, mais d’y raconter une histoire.

Cette envie de raconter des histoires, Alexandre l’a depuis toujours. Car derrière ses premiers sites (comme Actuados, l’ancêtre de melty) comme dans les rouages du groupe melty, l’idée est avant tout de raconter une histoire, de construire une galaxie sur laquelle le visiteur est un “Guest”, qui va pouvoir s’immerger dans un univers à la fois positif et personnalisé. Sur melty, comme sur fulllife, vous êtes le protagoniste d’une histoire unique. Pour mieux comprendre ces notions, il faut s’intéresser à Disneyland. Pour Alexandre, il existe des dizaines de parcs à sensations fortes qui procurent des sensations plus intenses que les parcs Disney.

Mais c’est le fait de se retrouver dans un univers palpable, garni de personnages uniques qui font de Disneyland un endroit pas comme les autres. C’est une expérience premium, douée de sens et dans laquelle on se sent investi grâce aux personnages qui façonnent l’imaginaire collectif.

Alexandre a bien compris l’importance que revêt les personnages, c’est pourquoi il a créé un folklore, un univers fulllife. Avec des personnages à part entière, des avatars et des design qui viennent enrichir les propriétés intellectuelles de l’entreprise. Son objectif est clair: créer avec fulllife quelque chose de nouveau, quelque chose qui paraît si évident et, pourtant, qui n’existe pas encore. A entendre Alexandre, je sentais qu’au delà de la passion qu’il éprouve pour le projet, il croyait plus que tout à la réussite de son projet.

“Briser la barrière entre réel et virtuel”, tel est le slogan que l’on peut trouver sur la page de l’entreprise aujourd’hui. Pourtant, ce slogan n’est pas qu’une simple trouvaille commerciale. L’entreprise veut avoir un impact sur le monde. A la fois social en créant des produits fédérateurs et utilisant le jeux vidéo comme vecteur sociaux-culturel certes, mais aussi écologique en créant une marque de vêtement éco-friendly. Des tissus utilisés aux entrepôts de la marque, l’ensemble du processus de la marque se veut éco-responsable et solidaire.

Ces missions se retrouvent également dans les statuts de l’entreprise, puisque les fondateurs y ont apposé des garde-fous permettant à l’entreprise de se concentrer sur ses valeurs: authenticité, expérience, élévation et efficacité. Si Alexandre avait un seul objectif avec fulllife, ça ne serait pas de révolutionner le marché du prêt à porter ou de réinventer la mode, mais bien de permettre aux joueurs de jeux-vidéo d’exprimer fièrement leur appartenance à la communauté des Gamers. Les joueurs de jeux vidéo étaient peut-être mal vus il y a quelques années. Ils étaient le cliché du geek, incompris par nature. Mais fulllife veut changer cette tendance, plus que jamais, en créant des produits qui viendront ringardiser les vieux t-shirt “Je suis un geek” dans la garde-robe des passionnés du jeu-vidéo.

Cette vision du monde, Alexandre veut l’appliquer dans son entreprise. Et pour cela, il s’inspire une fois encore de la compagnie aux grandes oreilles. C’est en suivant les pratiques et les conseils du Disney Institute (sorte d’école de Management et de Leadership de la firme) qu’Alexandre veut parfaire sa vision de l’entreprise. Il m’expliquait qu’introduire ces notions dans une grande entreprise est aujourd’hui lourd et difficile au vu de son inertie. Mais une start-up, une entreprise dans laquelle tout est à construire, peut être perfectionnée dans ses valeurs.

La culture d’entreprise est un élément important aux yeux d’Alexandre. C’était l’une des particularités de melty d’avoir une culture qui faisait d’elle une entreprise si forte et si unie face à l’adversité. Mais la culture d’entreprise de fulllife se veut désormais plus inclusive, plus engagée. Cela passe par donner plus de responsabilité aux membres de son équipe. Alexandre a lui aussi changé. Plus mature qu’à l’époque melty, plus conscient de son impact sur le moral des salariés. Il m’explique en effet qu’il a gagné en compétences relationnelles (dits Soft-skills dans le monde de l’entreprise), et qu’il est moins maladroit dans ses relations. Il m’explique également qu’un sourire en début de journée peut tout changer pour les membres de son équipe.

L’une des grandes passions d’Alexandre, lorsqu’il n’est plus @netmad l’entrepreneur, c’est le surf. Prendre de belles vagues sous le soleil de Biarritz, partager sa passion avec ses amis surfeurs et se défouler sont à son sens un élément indispensable à son bien-être. Le plaisir du surf vient avant tout du fait que c’est un sport individuel : le surfeur est face à lui-même, seul face à la vague. Le côté collectif vient de ses partenaires surfeurs : on commente les exploits des autres, on se conseille pour devenir meilleur. C’est à ces moments qu’Alexandre s’évade, qu’il se déconnecte du web. Chaque vague est un challenge, un challenge exutoire. Et chaque session de surf lui procure un moment d’évasion: il n’est plus PDG, plus fondateur ni créateur. Il est juste surfeur.

Le surf, c’est aussi ce qui a amené Alexandre à travailler chez BoardRider, le groupe qui détient les marques QuikSilver et ROXY, deux marques iconiques dans le monde du sport nautique. Cette expérience l’a rendu plus humble, l’a fait grandir. Car au-delà du fait d’avoir travaillé pour une marque qui l’inspire, c’est le fait de travailler dans une grande entreprise au “process” bien établi qui ont poussé Alexandre à devenir meilleur manageur. Meilleur meneur d’homme.

Mais il n’y a pas que l’univers du vêtement qui revient dans fulllife, il y a aussi des têtes connues avec qui Alexandre a partagé les aventures melty et BoardRider. Ces personnes sont pour lui le socle qui permet à fulllife de grandir pour le meilleur. Il croit au talent de ses équipes et à la diversité des profils.

Car l’une des grandes erreurs de melty à ses débuts, c’était la prétention qu’un ingénieur peut s’improviser rédacteur, graphiste ou commercial. C’était cette arrogance qui a poussé l’équipe à créer absolument tous ses outils. Chaque ligne de code, chaque pixel était made in melty. Mais cela avait un coût, aussi bien financier qu’humain. Pour Alexandre, il s’agissait à la fois d’une erreur, mais aussi d’un passage obligé dans la réalisation de son projet. Par exemple, certaines des technologies construites par melty telle que shape (son algorithme permettant de prédire quelles seront les futures tendances sur le web) n’avaient aucune alternative crédible à l’époque (Google Analitycs, qui possède aujourd’hui des fonctionnalités similaires à celles de shape, est apparu plus tard).

Il n’y a pas que les technologies qui ont évolué, il y a aussi l’écosystème qui n’est pas le même. Il n’a jamais été plus simple qu’aujourd’hui de créer son entreprise. Des structures comme les incubateurs, les start-up studios facilitent l’entrepreneuriat. Mais paradoxalement, il n’a jamais été aussi compliqué de se faire une place dans cet environnement.

A un moment de la conversation, des questions de passionné d’informatique surgissent. Je demande alors à Alexandre:

“ Quelle est la stack de fulllife ? “

La stack représente dans le monde de l’entreprise l’ensemble des technologies qui sont utilisées pour accomplir sa mission. C’est une sorte de socle technologique, en d’autres mots les langages informatiques et outils utilisés par les équipes.

Je sens mon interlocuteur amusé par la question. Mais il me répond, avec le même sérieux qui le caractérise. Du côté graphismes, l’équipe utilise les moteurs de rendus de Pixar (Renderman) pour concrétiser sa charte graphique et donner vie aux avatars et aux univers qu’ils mettent en scène. Côté management et gestion, on trouve des outils communs comme par exemple Workplace by FacebookZendesk (qui est selon Alexandre très performant) et mailchimp pour la gestion des e-mails automatiques (newsletters). On trouve côté planning Monday.com. En somme, Alexandre a souhaité ne pas réitérer les erreurs de melty en s’appuyant sur des technologies préexistantes. Côté site web, les pages de présentation sont créées par l’agence marketing e-Makina. Le site web fulllife, lui, est construit avec Magento 2 (un CMS e-Commerce) en version cloud, propulsé par une plateforme maison appelée fulllife Engine qui permet la partie gamification.

Nous sommes à une petite dizaine de minutes de la fin de notre enquête métier.

“Quand tu entrevois le futur de fulllife, imagines-tu des fulllife stores ? Personnellement, j’imagine déjà des boutiques physiques dans lesquelles on pourrait entrer dans une nouvelle dimension !”

Alexandre répond par la négative, pour lui, fulllife est un concept dématérialisé: c’est une expérience vouée à rester virtuelle dans un premier temps. Il m’explique néanmoins avoir pour objectif de participer à des conventions de jeux vidéo avec un stand fulllife.

Pour @netmad, s’il devait y avoir un jour une expérience réelle, elle ne tournerait pas autour d’une boutique. Mais ce serait plutôt une maison, avec sa cuisine, son salon, sa salle e-sport… Ce serait avant tout un lieu convivial dans lequel on pourrait se rendre avec ses amis, jouer à la dernière Playstation et vivre des moments de partage.

A la fin de notre entretien, une dernière question me démange. Il accepte d’y répondre malgré le rendez-vous qui doit suivre !

“Mon rêve est d’entreprendre, quels conseils peux tu me donner ?”

Si il devait y avoir un conseil aux entrepreneurs en herbes, ça serait de partager son aventure entrepreneuriale avec des gens différents, de tous horizons. Ce côté hétéroclite permet d’avoir une complémentarité dans l’équipe et donc de favoriser le futur de l’entreprise. Il m’explique qu’à Station F ( le plus grand incubateur de start-up au monde basé à Paris fondé par Xavier Niel), son travail de jury l’amène à choisir les start-ups qui seront incubées. Et son avis se forge avant tout sur la diversité et la complémentarité de l’équipe, car si le projet est amené à évoluer, à se réinventer (pivoter), il faut que l’équipe ne soit pas composée que d’ingénieurs, ou que de commerciaux. Ce côté hétéroclite est important aux yeux d’Alexandre car la valeur de l’entreprise est avant tout bâtie sur les gens qui la composent.

Alexandre a été membre du conseil national du numérique. Il est jury à Station F. Il a cofondé le média qui a réinventer notre manière de consommer l’information: melty. Il a travaillé à l’implantation de la French Tech à l’international et en Chine. Il a été chef de projet digital chez BoardRider. Il est le fondateur de fulllife. Et aujourd’hui, il vient de me raconter son odyssée.

A certains moments de l’entretien, j’ai exprimé mon admiration pour son travail. Mais à chaque fois, j’avais l’impression que mes compliments et mes félicitations le rendaient mal à l’aise, c’est pourquoi je n’ai pas osé en ajouter d’avantage.

C’est la raison pour laquelle je vais profiter de ce travail pour remercier Alexandre. D’abord pour avoir accepté une interview. Mais aussi pour le remercier de m’avoir transmis toute sa passion. Pour le remercier de m’avoir inspiré à construire des choses meilleures. Et surtout, pour m’avoir donné l’envie de créer.

Cette rencontre a été pour moi l’occasion de mieux me projeter dans mon avenir. Et d’entrevoir une carrière d’entrepreneur. Car mon objectif est d’entreprendre dans la technologie appliquée au divertissement et peut-être d’inventer un marché comme l’a fait Alexandre. J’ai envie d’être le point de convergence entre la créativité et la technologie.

Je veux pouvoir créer et construire des choses qui vont faire rêver ceux qui les touchent, toujours dans cette volonté de raconter des histoires.

Car si je devais retenir une chose de cette enquête métier, c’est que les métiers qui feront demain n’existent pas encore. Que tout est à inventer.


L’écran se coupe, il devient noir. Puis mon visage réapparaît en plein écran. Je me rends compte que j’ai des étoiles plein les yeux. Puis, après un moment de récupération, je me décide à écrire ce qui vient de m’arriver.

De son côté, Alexandre retourne combattre des Boss et trouver de nouveaux alliés pour partir à l’aventure. Virtuelle ou réelle ? Seul lui le sait.